Du 17 au 19 janvier 2017 à l'Espace Aragon à Villard-Bonnot, dans le cadre des rencontres du Conseil Intercommunale de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CISPD), la cinquième édition de Xtrèm limit intitulée "Après les attentats, analyser et faire face" vous propose de porter un regard sur l'actualité et de s'interroger sur les terribles évènements qui ont meurtri la France. Entrée gratuite dans la limite des places disponibles.

Mardi 17 Janvier 2017 à 18h : Conférence & débat LES CONDUITES À RISQUES DES ADOLESCENTS

par David LE BRETON, professeur de sociologie à l'université de Strasbourg

Les conduites à risque (consommation d'alcool, de drogues jeux en ligne, pratiques de sports extrêmes...) sont des formes de communication. Elles indiquent des lignes de vie tout en lançant un appel aux proches.
Ces conduites témoignent de la résistance active provisoire d'un jeune et de ses tentatives à se soumettre au monde qui l'entoure, à s'extraire d'une souffrance. La répétition de ces actes permet de repousser encore cette détresse. Pour un jeune, repousser les limites, permet de prendre le contrôle sur soi, quelles qu'en soient les conséquences.
L'entourage est une accroche essentielle lorsqu'un jeune est en quête de limites. IL doit être présent pour le soutenir, l'accompagner et l'aider dans sa recherche de soi.

 

Mercredi 18 janvier 2017 à 18h : Conférence & débat ETHNOGRAPHIE DU DJIHADISME

par Meryem SELLAMI, socio-anthropologue et enseignante à l'université de Tunis

Des milliers de jeunes d'horizons différents s'acheminent vers leur propre mort et le meurtre d'autrui, désavouant par leurs actes, leurs parents, leurs éducateurs, leur culture d'origine ou société d'accueil. L'engagement politique de ces jeunes est décrypté comme une résistance face à des États considérés comme mécréants et hypocrites. Ce totalitarisme s'imprime dans l'intime et dans les champs de la vie quotidienne afin de les ériger en espaces de contestation politique. Ainsi, le corps se trouve investi d'une mission divine et doit se plier à une hygiène de vie ainsi qu'à un rapport au temps différent de ceux des «non-musulmans». L'analyse de cette fascination de ces garçons et de ces filles pour Daech est complexe. En s'appuyant sur une enquête ethnographique, Meryem SELLAMI apportera une grille de lecture afin de comprendre le processus d'endoctrinement et les logiques subjectives de la soumission à l'autorité djihadiste.

 

Jeudi 19 janvier 2017 à 18h : Conférence & débat QUOI FAIRE FACE AUX IMAGES DE TERREUR

par Jocelyn LACHANCE, socio-anthropologue à l'université de Pau

À l'échelle individuelle, nous sommes nombreux à nous sentir démunis face à la puissance d'une organisation terroriste dont les adeptes sont prêts à mourir pour répandre le sang et la terreur. Que les champs de bataille nous paraissent lointains ou que l'épicentre du drame se déclare dans notre propre ville, les coups de feu retentissent dans nos foyers chaque fois que l'horreur est transportée à travers ces images qui se déversent sur nos écrans. Sur le registre de l'imaginaire, nous sommes tous victimes du terrorisme. Dans ce monde parsemé de photos et de vidéos que diffusent les populations victimes, que pouvons-nous faire pour résister ?
Au cours de son intervention, Jocelyne LACHANCE s'interrogera sur le rôle de ces images de terreur qui cherchent à contaminer l'esprit des populations ciblées et qui participent de l'endoctrinement de certains jeunes. Et en nous interrogeant sur la puissance des écrans, nous questionnerons aussi l'importance de notre parole.

Téléchargez le dépliant Xterm Limit Grésivaudan

Consultez l'information sur le site du Grésivaudan

Go to top